2 bonnes nouvelles

2 BONNES NOUVELLES

Le merkez darataalibat souhaite la bienvenue à toutes les étudiantes pour cette nouvelle année.

Nous espérons que vous pourrez en tirer le meilleur et progresser bénéfiquement dans vos études.

Organisez vos journées pour apprendre, réviser et faire vos devoirs pour mieux assimiler vos cours.

N’oublions pas également de renouveler constamment nos intentions

Nous avons 2 bonnes nouvelles à vous annoncer.

La première :

Plusieurs d’entre vous n’ont pas pu rejoindre les classes à temps pour plusieurs raisons.

Il est vrai que la période d’inscription a été plus courte cette année que les années précédentes.

De ce fait, une réouverture est prévu dans quelques jours.

La deuxième :

Celles qui rencontrent des difficultés financières mais qui restent motivées à rejoindre une classe, n’hésitez à nous contacter le moment venu.

Qu’Allah agrée nos œuvres et nous accorde la sincérité.

بارك الله فيكم

مركز دار الطالبات

Cette entrée a été publiée le septembre 3, 2020, dans Sessions.

Témoignage « Mon objectif n’était pas de finir mais d’avoir un lien avec le Coran »

بسم الله الرحمن الرحيم

Témoignage : « Mon objectif n’était pas de finir mais d’avoir un lien avec le Coran »

«  Tout a commencé lorsque j’étais enfant mon père nous a pousser à apprendre le Coran.     

J’ai donc débuté l’apprentissage du coran avec un professeur que mon père avait trouvé qui venait à notre domicile .

C’était un professeur qui enseigné le coran aux enfants sans avoir l’expérience, il nous écrivait les sourates que l’on devaient apprendre en phonétique .

J’ai donc commencer mon apprentissage sans savoir lire l’arabe, j’aimais beaucoup apprendre le coran .

J’ai donc appris le juzz amma en phonétique avec ce professeur puis je me suis inscrite dans une école afin de continuer mon apprentissage .

Je ne savais toujours pas lire en arabe, j’écrivais les sourates en phonétique afin de les apprendre.

Un jour,  je me suis dit qu’il fallait que je sache lire l’arabe afin de pouvoir lire le coran .

Je me suis donc mise à apprendre les lettres, l’écriture, la lecture par la grâce d’Allah en moins d’un mois je savais lire l’arabe.

Ma mu3alima m’encourageait afin que je sois assidue.

J’ai arrêter pendant 1 an l’apprentissage, je continuais la révision et j’écoutais beaucoup de récitation de coran  Al hamdoulilah, ce qui m’a beaucoup aider dans mon apprentissage plus tard.

Puis je me suis inscrite dans un institut qui était très loin de chez moi .

Quand je suis venue m’inscrire la mu3alima était choquée que je vienne d’aussi loin. Cette distance a était un bienfait pour moi, je fessais ma révision pendant le trajet, je lisais.

J’avais  une mu3alima avec une douceur, un comportement qui m’a touché اللهم بارك , jusqu’au jour d’aujourd’hui je ne l’ai pas oublier .

Ayant débuté mon apprentissage du coran sans l’arabe j’avais des difficultés dans la prononciation de certaines lettres, ma mu3alima m’a beaucoup aider a les corrigés.

Puis j’ai avancer dans mon apprentissage, ma mu3alima était fière de moi , elle me disait que y avait une différence entre ma récitation en début d’année et la fin de l’année Al hamdoulilah.

J’avais un très bon groupe, nous étions toute d’âge différent mais l’amour du coran nous a rassemblé.

Un jour dans l’institut, dans la classe d’a côté , une soeur qui était handicapée tomba dans les pommes , puis les sœurs ont appelées les pompiers .

Lorsque la soeur a repris connaissance elle a dit : « Je n’irais pas avec les pompiers tant que je n’aurais pas récité mon apprentissage » .

Cela m’a beaucoup touché et marqué car je me suis dis beaucoup de personnes ayant le santé n’ont jamais ouvert le coran.

Puis l’année ce termina, j’avais appris jusque sourate as saff Al hamdoulilah, une année que je n’ai jamais oublié.

Dans la mosquée de ma ville , une soeur donnait des cours gratuits Qu Allah l’a récompensé grandement , j’ai donc poursuivi mon apprentissage avec elle.

Elle me motivait , m’encourageait , par la grâce d’Allah j’avais appris de sourate Al baqarah jusque Al an3am.

L’année suivante ma grande soeur me poussa à m’inscrire avec sa mu3alima connu pour sa dureté et sa rigueur dans le Coran .

Je me suis donc inscrite, elle m’a énormément pousser dans l’apprentissage et encourager .

Puis l’année suivante je me suis mariée al hamdoulilah, il me restait quelques sourates afin de clôturer l’apprentissage mais je n’arrivais plus à apprendre, ma mu3alima se demandait qu’est ce qui se passait .

Je voulais même arrêter les cours, c’était une période très difficile pour moi Al hamdoulilah .

Allah m’a ensuite facilité j’ai pu de nouveau poursuivre mon apprentissage .

En 3 ans de cours avec cette mu3alima qui m’a beaucoup apporté j’ai clôturé mon apprentissage du coran Al hamdoulilah.

Mon objectif en prenant des cours de coran n’était pas de le finir mais d’avoir un lien avec le coran.

Par sa grande miséricorde mon Seigneur m’a gratifié de cette énorme bienfait .

Le jour où j’ai annoncé cette bonne nouvelle à ma mère elle a fondu en larme et m’a dit qu’elle avait fait des du3a avant d’avoir des enfants, d’avoir un enfant ayant mémorisé le coran.

L’amour que mes parents ont pour le coran m’a énormément aider dans mon apprentissage.

Les différents groupes de coran ont aussi était une cause pour moi car nous étions toutes différentes , d’origines différentes, de langues ect mais la parole d’Allah nous a rassemblé .

C’est pour cela que je conseille à toute soeur qui désire apprendre le Coran de s’inscrire en groupe ça aide énormément .

Je conseille aussi d’écouter souvent  le coran ça aide pour l’apprentissage et la révision.

Et sachez que le but n’est pas d’apprendre le coran puis de le délaisser, l’important c’est qu’il soit un compagnon jusque notre mort.

Je conseille aussi aux soeurs ayant des enfants de ne pas délaisser le coran, certes ce n’est pas facile, ne serait-ce que lire ou récites un verset par jour car c’est la clef du bonheur ici-bas et dans l’au-delà.

Le fait d’être accrocher au coran aide énormément lors d’épreuves سبحان الله .

Je conseille enfin de ne pas se mettre la pression pour clôturer l’apprentissage du Coran, l’important c’est qu’il soit un compagnon tout au long de notre vie.

Et sachez mes soeurs que nous qui avions clôturé le Coran par la grâce d’Allah nous ne sommes pas meilleur que vous, seul Allah connaît nos intentions et c’est une grosse responsabilité qui pèse sur nous, c’est soit une preuve pour nous ou contre nous .

Je finis par ce beau verset : sourate az zumar verset 23 : « Allah a fait descendre le plus beau des récits, un Livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent.

Les peaux de ceux qui redoutent leur Seigneur frissonnent (à l’entendre); puis leurs peaux et leurs cœurs s’apaisent au rappel d’Allah. Voilà le [Livre] guide d’Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n’a point de guide. »   

                   ٱللَّهُ نَزَّلَ أَحْسَنَ ٱلْحَدِيثِ كِتَٰبًا مُّتَشَٰبِهًا مَّثَانِىَ تَقْشَعِرُّ مِنْهُ جُلُودُ ٱلَّذِينَ يَخْشَوْنَ رَبَّهُمْ ثُمَّ تَلِينُ جُلُودُهُمْ وَقُلُوبُهُمْ إِلَىٰ ذِكْرِ ٱللَّهِ ۚ ذَٰلِكَ هُدَى ٱللَّهِ يَهْدِى بِهِۦ مَن يَشَآءُ ۚ وَمَن يُضْلِلِ ٱللَّهُ فَمَا لَهُۥ مِنْ هَادٍ


D’après ‘Othman Ibn ‘Affan (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit:

« Le meilleur d’entre-vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne ».

Sa’d Ibn ‘Oubeida a dit : Abou ‘Abder Rahman (1) a enseigné le Coran depuis le califat de ‘Othman (qu’Allah l’agrée) jusqu’à ce que ce soit Al Hajjaj (2) le gouverneur et il a dit : C’est ce hadith qui m’a retenu à cette place-ci (3).(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5027)


(1) Sa’d Ibn ‘Oubeida et Abou ‘Abder Rahman As Soulami sont deux des hommes de la chaîne de transmission de ce hadith.


Sa’d a rapporté ce hadith de Abou ‘Abder Rahman, qui l’a rapporté de ‘Othman Ibn ‘Affan, qui l’a rapporté du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui).


(2) Il a donc enseigné le Coran pendant au moins 72 ans.(Fath Al Bari 9/76)


(3) C’est à dire à la place de celui qui enseignait le Coran.

Soeur anonyme حفظها الله


مركز دار الطالبات

Cette entrée a été publiée le août 28, 2020, dans Sessions.

Année offerte (cursus langue arabe) : Les résultats

بسم الله الرحمن الرحيم

Année offerte (cursus langue arabe) : Les résultats

En partenariat avec le site 3ilm char3iجزاهم الله خيرا ; nous avions organisés il y a quelques jours un questionnaire visant à évaluer votre niveau.

Par la grâce d’Allah vous avez été très nombreuses à le remplir et nous vous en remercions.

Qu’Allah nous augmente en science et vous récompense en bien.

Pour rappel, voici les conditions émises :

  • Avoir 10/10
  • Avoir rempli un seul formulaire

Au vu des résultats, ce ne sera 2 mais 3 places offertes.

La 3 éme place sera accordée à une élève ayant eu moins de 10.

Toutes les participantes recevront e-mail en interne avec le nom des gagnantes.

Pour rappel les inscriptions se terminent dans quelques jours, il reste encore quelques places.

بارك الله فيكم

مركز دار الطالبات

Le remède contre l’animosité.

Le remède contre l’animosité

Explication du verset 119 et 120 Sourate al 3imran.


-( إِن تَمْسَسْكُمْ حَسَنَةٌ تَسُؤْهُمْ وَ إِن تُصِبْكُمْ سَيِّئَةٌ يَفْرَحُواْ بِهَا )-


– Qu’un bien vous touche, ils s’en affligent. Qu’un mal vous atteigne, ils s’en réjouissent. –


Ce verset met l’accent sur la profondeur de l’animosité que les hypocrites éprouvent à l’encontre des croyants.

Quand ces derniers connaissent des années fertiles, réalisent des victoires dans des combats ou que leur nombre augmente, les hypocrites sont affligés et en souffrent.

Cependant, quand les musulmans souffrent de sécheresse, d’une défaite dans une bataille, par la volonté d’Allah, comme cela fut le cas dans la bataille d’Ohod, les hypocrites se réjouissent.

Allah dit, alors, à Ses serviteurs croyants.

-( وَ إِنْ تَصْبِرُواْ وَ تَتَّقُواْ لاَ يَضُرُّكُمْ كَيْدُهُم شَيْئًا )-


Mais si vous êtes endurants et pieux, leur manigance ne vous causera aucun mal. –


Allah oriente les croyants vers la voie de la sécurité à l’abri du mal des vilains et des complots des pêcheurs en leur recommandant la patience, la crainte d’Allah et la confiance en Lui, car Il cerne leurs ennemis de partout.

Les croyants doivent se rappeler qu’ils n’ont aucune puissance ou force en dehors de celles d’Allah.

Toute chose dépend de la volonté d’Allah, car ce qu’Allah veut est, et ce qu’Il ne veut pas n’est pas.

Rien ne se produit dans Son Royaume sans Sa décision et Son décret.

Certes, quiconque dépend sur Allah, Allah lui suffira.

Ensuite, Allah évoque le récit d’Ohod, la défaite par laquelle Il éprouva les croyants et par laquelle Il établit la distinction entre les vrais croyants et les faux dévots ainsi que la patience des premiers.  


Traduction Tafsir ibn kathir تفسير ابن كثير

مركز دار الطالبات

Lorsque 2 soukouns se suivent

Comment lire deux soukouns qui se suivent

Lors de vos études en langue arabe, vous avez surement du entendre parler de la problématique des soukoun qui se suivent qu’on appelle en arabe : الْتِقاءُ ساكِنَينِ , on l’a rencontre très souvent, et pour éviter cette problématique deux solutions sont possibles :

1/ On ajoute une voyelle –soit kasra ou dhamma ou fatha – à la première lettre exemple :

2/ On supprime la première lettre totalement  comme dans certains verbes  (الأفعالُ المُعْتَلَّة) , exemple :

Ou on supprime la lettre uniquement à sa lecture, elle sera écrite mais on ne la prononce pas

exemple :      

Mais attention cette règle ne sera pas valable dans trois cas précis, il faudra donc les retenir pour ne pas se tromper ou être étonné de voir deux soukoun se suivre :

Premier cas : si les deux soukoun sont dans un même mot, le premier soukoun est sur une prolongation (مَدٌّ) et le second dans une shedda (شَدّة) ,exemple :

Second  cas : lorsque  le second soukoun est provoqué par un arrêt  (سُكون عارِض) ,exemple :

Troisième cas : lors de la lecture des lettres en début des sourates(الحُروفُ المُقَطّعَة) , exemple : 

Source : شذا العرف في فنّ الصرف


مركز دار الطالبات